Stress :

"Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements relatifs aux choses. Ainsi la mort n’est rien de redoutable […] mais le jugement que nous portons sur la mort en la déclarant redoutable, c’est là ce qui est redoutable ». 

- Epictète (philosophe stoïcien) 

Le stress, la peur...c'est comme un NON, un refus de la vie telle qu'elle se présente. 

Ingrédients du stress :

ingrédients du stress

Les signes du stress :

Signes physiques - somatiques : Tensions, contractions, douleurs, nœuds, mal dans sa peau, troubles du sommeil, troubles alimentaires, contractions, sensations d'essoufflement, d’oppression, problèmes posturaux ou de mobilité.

 

Signes émotionnels : Sensibilité et nervosité accrues, impatience, angoisse, excitation, tristesse,  anxiété, mal-être.

 

Signes cognitifs : Perturbation de la concentration, difficultés à prendre des décisions, altération de la relation sociale, ruminations mentales.


Exemple : L'émotion - selon moi - la plus associée au stress est la peur qui accompagne la prise de conscience d'une situation perçue comme une menace. Que cette menace soit réelle ou imaginaire, nous éprouvons un sentiment de crainte, inquiétude, anxiété, angoisse, tristesse, confusion...En tant qu'êtres vivants nous sommes constamment soumis à des changements, d'inévitables difficultés, inconforts dont nous faisons l'expérience. 

 

Au fil du temps, ce stress - s'il est chronique - peut avoir des effets délétères sur notre corps, notre santé physique (maladies psychosomatiques) et psychologique (confusion, angoisses, phobies, névroses) et avoir un impact négatif sur nos comportements, nos choix de vie, et nos relations avec les autres, avec notre façon d'être au monde (timidité, agressivité, repli sur soi, manque d'authenticité). 

 

Il existe des approches, comme La RELAXATION et la MEDITATION qui invitent à prendre conscience de ces phénomènes et les comprendre pour les intégrer

 

En prenant le temps d'accueillir tranquillement, de sentir, de faire l'expérience du stress, des émotions, des peurs, de prendre conscience, de reconnaitre, de comprendre, d'instant en instant, il est possible d'intégrer, apprivoiser ce qui est là. En comprenant mieux ce phénomène, il est plus facile de vivre dans le moment présent, de nous réconcilier avec notre passé, de nous projeter dans l’avenir, de répondre de façon juste au difficultés, aux évènements, sans perdre l'équilibre. 


Ainsi, on atteint le bonheur : « ne demande pas que ce qui arrive arrive comme tu veux. Mais veuille que les choses arrivent comme elles arrivent et tu seras heureux ».

Aimer ce qui est - de Byron Katie

OUI à la vie 


En savoir plus sur le stress :

Hans Selye, né à Vienne (Autriche-Hongrie) le 26 janvier 1907 et mort à Montréal (Canada) le 16 octobre 1982, est un médecin québécois. Il est un pionnier des études sur le stress. 

Il a défini le stress comme étant : « l'ensemble des moyens physiologiques et psychologiques mis en œuvre par une personne pour s'adapter à un événement donné ».

 

Il explique que « le changement brutal survenant dans les habitudes d'une personne, jusque-là bien équilibrée, est susceptible de déclencher un bouleversement dans sa structure psychique et même somatique ».  C'est dans ce contexte qu'il développe sa théorie du syndrome général d'adaptation.

Notre organisme face à ce qui est perçu / interprété comme une agression réelle ou imaginaire, une situation stressante sent qu'il perd le contrôle et essaie, après avoir subi la première réaction d'alarme, de s'adapter. Mais si l'agression persiste, ou si la personne n'a pas suffisamment de capacités de s'adapter, ses réserves d'énergie s'épuisent et les conséquences peuvent êtres négatives, burn-out, maladie.... 

Le modèle de Selye, comprend trois phases où l'organisme répond à des agressions : 

1 - réaction d'alarme : l'organisme réagit à un agent stressant auquel il n'est pas adapté. Cette phase comprend une phase choc (état de surprise, symptômes d'altérité passive) et une phase contre-choc (l'organisme se défend contre l'agression) en réponse à la phase choc ;

2 - phase de résistance : continuation de la phase contre-choc, l'organisme s'adapte à l'agent stressant qui se prolonge ;

3 - phase d'épuisement : seuil où l'organisme cesse d'être en mesure de s'adapter au stimulus provoqué par l'agent stressant. Cette phase entraîne l'épuisement de l'organisme et peut mener à de graves troubles et maladies, voire la mort.

Gestion du stress :

- Éliminer le stress de nos vies : impossible

- Apprendre à vivre avec le stress : possible

Plein de ressources sur le stress :

https://www.stresshumain.ca/le-stress/

Me joindre

Pour toute question, écrivez-moi en remplissant le formulaire ou par téléphone au 06 71 58 44 00 .